Jean-Marc Gomez
Accueil
Contact
Qui sommes-nous?
Les auteurs
Nos partenaires
Téléchargement
Jean-Marc GOMEZ

Frontignan

Témoignage
Un jour je suis Mort
« Un jour je suis mort » n’est pas une œuvre de fiction, mais la réalité d’un homme qui a franchi « la porte ».
Son combat pour survivre, vivre, retrouver ses facultés physiques et intellectuelles est un cri d’espoir pour tous ceux qui ont été confrontés à un accident grave, laissant des séquelles qu’on taxe parfois « d’irréversibles ».
Irréversibles ? Non. Combien de jours, de mois, de souffrance et de courage faut-il pour avoir la force de lutter contre ce que beaucoup nommeraient « la fatalité » ?
Fatalité ? Hors de question. Jean-Marc est un battant, un
gitan comme il se plait à le souligner avec fierté.
Il nous raconte le duel entre lui et son handicap avec beaucoup de pudeur, de tendresse, d’humour même.
Ses mots sont parfois grossiers et pleins de rage lorsqu’il lutte, souvent poétiques.
Jean-Marc nous révèle le côté lumineux de son être.
Il ne ressortira pas de ce combat vaincu, mais plus fort,
déterminé à vivre, à aimer la vie et les gens.
De la poésie pour parler de sa victoire, mais aussi des recherches intéressantes sur le côté scientifique de son aventure.

Jean-Marc Gomez Vivant à Frontignan dans le sud de la France depuis cinquante ans, j’approche la soixantaine en ayant traversé quand-même quelques tempêtes. Après trente-sept ans de travail dans le secteur automobile en après-vente, je me retrouve aujourd’hui en pré-retraite suite à un grave accident cérébral qui m’a laissé Dieu merci sans séquelles.
J’occupe mon temps libre maintenant sans limite à l’écriture, loisir découvert il y a seulement quelques années. Ma première prose raconte la réalité d’un homme qui a franchi la porte. Il est ainsi revenu plus fort, déterminé à vivre et à aimer la vie et les gens.
Mon autre livre est un roman policier, une fiction saignante où les cadavres s’alignent, mais pas toujours dans un ordre irréprochable.
Le troisième, quant à lui toujours en cours, sera du même acabit. Le commandant Matteï aura surement besoin d’aide, mais attention, les balles volent bas… !
 
© 2021